<

Elections communales à Schaerbeek: le PS veut que Clerfayt s'occupe de sa tirette

'M.Clerfayt... et votre tirette?' C'est la question adressée par les femmes du...
Voir la suite...

Paul Magnette modernise la Loi relative à la Coopération internationale belge

Aujourd'hui le conseil des Ministres a approuvé l'avant projet de loi du...
Voir la suite...

Di Rupo: L'Europe ne va pas décider pour tous les citoyens

Elio Di Rupo refuse de suivre les recommandations de la commission européenne voulant supprimer l'indexation de salaire ou modifier l'âge...
Voir la suite...

News  articles en ligne: 131 Partagez

Verjans (ULg): 'Wesphael manque de crédibilité'
Date: 25.06.2012  |  Source: www.lalibre.be

Le parti du 'Mélenchon wallon' a tenu son premier congrès, samedi. Wesphael vise le PS qui ne serait plus de gauche. Mais, au fait, et lui?

Le Mouvement de gauche (MG), lancé par Bernard Wesphael en avril dernier, a tenu son premier congrès, samedi dernier à Namur. Devant 400 militants, la cible a été désignée: ce sera le PS qui, selon le MG, ne représente plus la gauche. Pour le politologue Pierre Verjans (ULg), Bernard Wesphael, par un savant positionnement idéologique, veut capter l'électorat du PS. Quitte à se réinventer un parcours progressiste.

Bernard Wesphael est-il sincère quand il se profile comme un "Mélenchon wallon"?

La démarche de Bernard Wesphael manque de crédibilité: il vient d'Ecolo mais ce n'est pas lui qui était à la pointe du combat lors des appels politiques de gauche que ce parti a connus. Dans les années 90, par exemple, lors de la politique dite de "la chasse aux chômeurs", c'était Thierry Detienne (ancien ministre wallon de l'ère "arc-en-ciel"), qui était à la pointe. Il n'y a pas que grâce à la chirurgie que l'on peut se redonner une virginité Mais avec Mélenchon, c'est identique: comme ministre de Jospin, il ne s'était pas montré particulièrement à gauche. Ce n'est qu'après qu'il a fait sa conversion et, depuis, il suit son chemin de Damas.

Où se situe le MG sur l'axe gauche-droite?

Quand on lit le manifeste du MG, les préoccupations sociales, liées à la citoyenneté, les choix sur le plan économique, etc., sont beaucoup plus nombreuses que l'écologisme. Ses membres se définissent comme étant de gauche en dénonçant le fait que le PS ne l'est pas ou ne l'est plus. Leur discours de gauche se situe aussi dans le contexte européen actuel: le MG rejette le pacte de stabilité. C'est une position que beaucoup de partis dits de gauche en Europe n'adoptent pas. Par exemple, François Hollande ne s'y est pas clairement opposé, il a juste conditionné la signature du pacte de stabilité à l'adoption d'un pacte de croissance. Donc, sur ce plan-là, le MG est plus à gauche que le PS. Par contre, il va à peine un peu plus loin qu'Ecolo sur cette question.

Tous les titres

 

Haut de page