<

Elections communales à Schaerbeek: le PS veut que Clerfayt s'occupe de sa tirette

'M.Clerfayt... et votre tirette?' C'est la question adressée par les femmes du...
Voir la suite...

Paul Magnette modernise la Loi relative à la Coopération internationale belge

Aujourd'hui le conseil des Ministres a approuvé l'avant projet de loi du...
Voir la suite...

Di Rupo: L'Europe ne va pas décider pour tous les citoyens

Elio Di Rupo refuse de suivre les recommandations de la commission européenne voulant supprimer l'indexation de salaire ou modifier l'âge...
Voir la suite...

News  articles en ligne: 131 Partagez

Le changement, maintenant, à Schaerbeek
Date: 15.05.2012  |  Source: www.lacapitale.be

Ça y est: le sondage initié par le PS de Schaerbeek auprès des habitants vient de rendre ses verdicts. La Capitale a pu en prendre connaissance, à cinq mois des élections communales.

Les socialistes ont reçu pas moins de 237 réponses. Et avec les douze rencontres citoyennes menées ces dernières semaines, pas moins de 120 propositions ont été rentrées. "Nous allons nous en inspirer dans le cadre de notre programme", avoue Laurette Onkelinx, tête de liste PS qui emprunte déjà à François Hollande son slogan: "Le changement, c'est maintenant".

Quid des résultats? Plusieurs priorités se dégagent. La propreté, d'abord. 52% jugent leur quartier sale. "Oui, 44,7% jugent leur quartier propre", admet Laurette Onkelinx. "Cela prouve que cette politique est menée inégalement. On a actuellement des quartiers très propres (Plasky...) et d'autres très sales (Josaphat...). Ce que nous proposons, c'est d'avoir une approche globale avec un Plan Rues, qui prend en considération tant la propreté que l'éclairage, que le mobilier urbain..." Une idée confirmée par 64,2% des sondés estimant que la répression des incivilités en matière de propreté n'est pas suffisante.

Avec Rauwers, c'est fini

Le stationnement sera l'un des autres grands thèmes. 57,9% des répondants jugent insatisfaisante la politique actuelle. "Trop de places ont été supprimées, la gestion du stationnement est loin d'être en phase avec les besoins des Schaerbeekois. Est-il normal de dresser p-v à un parent qui ne fait que déposer son enfant à l'école? À un prof obligé de quitter les cours pour alimenter l'horodateur? En tout cas, une chose est sûre: le PS réclamera la fin de la gestion privée du parking et donc du contrat avec Rauwers. La gestion deviendra publique", martèle Yves Goldstein, président du PS schaerbeekois.

De l'avis des répondants, Schaerbeek (41% de non, 29% de oui), la commune n'a pas assez investi dans les logements sociaux. "Pas un logement public n'a été créé en six ans", assène Yves Goldstein. "Il y en a eu au travers des Contrats de quartier régionaux. Mais créés par la commune ou le Foyer schaerbeekois: aucun!" L'offre en matière d'enseignement ne serait pas assez diversifiée pour 34,4% des personnes. "Nos écoles craquent", lâche Laurette Onkelinx. "Et ne construire que la nouvelle école 14 sera insuffisant". Au niveau des crèches, un tiers des sondés (33,3%) disent avoir connu des problèmes de place d'accueil. "Schaerbeek a le plus bas taux de la Région: 1.000 places disponibles mais un besoin de 5.000".

Enfin, le PS veut décentraliser les services. "Pas seulement communaux, comme à l'antenne Radium. Il nous faut des antennes CPAS et logement. Et pourquoi pas tous réunis dans les Koban de la police" alors que 67,2% des personnes disent ne pas connaître leur agent de quartier et 43% se prononcent en faveur d'une décentralisation du CPAS.

Tous les titres

 

Haut de page