<

Elections communales à Schaerbeek: le PS veut que Clerfayt s'occupe de sa tirette

'M.Clerfayt... et votre tirette?' C'est la question adressée par les femmes du...
Voir la suite...

Paul Magnette modernise la Loi relative à la Coopération internationale belge

Aujourd'hui le conseil des Ministres a approuvé l'avant projet de loi du...
Voir la suite...

Di Rupo: L'Europe ne va pas décider pour tous les citoyens

Elio Di Rupo refuse de suivre les recommandations de la commission européenne voulant supprimer l'indexation de salaire ou modifier l'âge...
Voir la suite...

News  articles en ligne: 131 Partagez

Pauvre démocratie...
Date: 20.04.2012  |  Source: www.lalibre.be

Moralement très grave.

Hier à la Chambre, un député s'est transformé en croque-mort et en porte-parole de l’ignoble et de la diffamation. Il est dès lors légitime de se poser des questions sur notre démocratie.

Et puis non, pas dans ce cas précis! Car les 1.345 électeurs du Brabant wallon qui ont donné leur voix de préférence à "ce candidat" ou ceux qui ont voté pour la liste du Parti Populaire (PP) n’imaginaient sans doute jamais qu’un homme soit à ce point prêt à tout pour tenter d’exister politiquement et médiatiquement. Si ce député, qui a lancé son propre parti, est au Parlement, c’est grâce à l’apparentement (il a bénéficié des voix du PP de Bruxelles afin d’atteindre le niveau d’éligibilité nécessaire). Mais pas seulement. Aux yeux de quelques milliers d’électeurs, le PP représentait une opportunité de faire entendre une autre voix, à la droite du MR. Cette aspiration politique est légitime, comme celle de M. Wesphael de vouloir occuper la gauche du Parti socialiste. Une bonne démocratie permet à tout un chacun de retrouver dans l’isoloir une liste qui soit plus ou moins proche de ses convictions.

Ce qui est moralement très grave, par contre, c’est de ne pas respecter le mandat qui vous est confié. C’est exactement ce qui arrive à ce député indépendant, contraint de créer son propre parti, qui tente de survivre à l’absence de visibilité et... d’idées. Et pour ce faire, il fait ses emplettes dans le rayon diffamation, où il y a toujours matière à nourrir les rumeurs les plus nauséabondes et autres pseudo-scandales couverts par on ne sait trop qui.

Comment peut-on inviter les citoyens à prendre rendez-vous chez soi pour consulter des photos de l’autopsie de Julie et Melissa? Comment? Comment peut-on même y penser? Comment peut-on à ce point manquer de respect à ceux qu'il représente au sommet de l’Etat? Sans parler des parents des victimes, les premiers concernés...

On retiendra que notre démocratie a souffert hier, mais aussi qu'elle est sortie renforcée grâce à la grande majorité des députés qui se sont levés.

Tous les titres

 

Haut de page